L’Eurostar avec des gnomes… tout une épopée !

Des souvenirs Eurostars j’en ai une quantité astronomique, mais le plus frais dans ma tête remonte aux dernières vacances, c’est à dire à peine trois semaines… et j’ai encore du mal à m’en remettre !

La veille, pleine de bonnes convictions, nous accueillons à la maison un ami qui vient passer le weekend…. car bien entendu pendant que je serai dans l’Eurostar avec les deux gnomes direction la France, l’Homme et son immuable excuse du travaille sera en train d’entraîner son foie pour les prochaines fêtes de Noël… Breeeefffff, nous recevons notre ami devant un petit apéro dinatoire durant lequel je m’étais pourtant promis juré (pas craché, ça doit être pour ça….) que je ne dépasserai pas deux verres de vin blanc car demain j’avais the big mission Eurostar….

… c’est pas ma faute si après un verre, au diable les bonnes convictions…

Je me retrouve donc fin de matinée le lendemain à traîner une valise (que j’ai bien évidement terminée de boucler 27 minutes avant mon départ…), pousser une poussette avec une gnomette en giga forme dedans, le tout en tentant de suivre une conversation au sujet de Willy Wonka avec mon gnome….  Je sentais que les 2h15 allaient paraître beaucoup plus longues !

… Et elles le furent… A peine le train démarré la gnomette nous embaume joyeusement d’une odeur des plus agréable… C‘est toujours synchro les gamins vous avez remarqué ? Je m’empresse donc d’ouvrir le sac multifonctions qui nous sauvera pour constater avec joie que le biberon d’eau a fuit et mouillé la moitié de ce qu’il y avait à l’intérieur, change compris…. Ne paniquons pas, Keep Calm c’est bien comme ça qu’ils disent les anglais non ? Respiration de la grenouille face à l’ouragan force 5, tout va bien, je gère… heureusement pour moi l’autre moitié des couches était intacte donc, nous voila parties pour la cabine de change spécial bébé. Fermée. J’attends… J’attends…. Pas un cri de bébé à l’interieurs rien… J’attend toujours en tentant d’ouvrir… car à l’intérieur, ce que je constaterai 10 longues minutes après, c’est un bombasse en train de se maquiller qui était fourrée dedans… C/P*%#@SS% !….

IMG_0146

Breeeffff….. je balance la gnomette sur le matelas à langer et en enlevant le pantalon, Ô joie ultime… la couche a fuit ! Ça ne fuit JAMAIS bien entendu, SAUF dans le train quand je n’ai plus de change et seulement la moitié de mon stock de couches ! On respire on respire on respire, et surtout on tient bien les gambettes de la miniature qui commence à s’impatienter sur la stratégie que superwondermaman va adopter pour éviter plus de drame…. On vire le body à la poubelle, car comprenez moi bien, vous ne voulez surtout pas de ça dans le wagon collectif….  Heureusement pour moi seul le body est touché, j’ai un paquet tout neuf de lingettes, je gère…

Je reviens rouge comme une pivoine m’affaler à côté de mon fils qui me dit alors calmement : maman ton ordinateur il marche pas, la flèche ça veut pas appuyer…. Comment ça « ça veut pas appuyer » ?

Clic… clic… clic clic clic…. Je réalise alors qu’effectivement le pad de mon ordinateur ne fonctionne plus… On peut bouger allègrement la souris mais on ne peut cliquer sur rien…. et si on ne peut pas cliquer, on ne peut pas ouvrir de sessions, et si on ne peut pas ouvrir de session, on ne peut pas lancer les dessins animé téléchargés la veille….

Inspiration, expiration, inspiration…. C’est pas que j’ai bien fait de me mettre au yoga cette année, c’est au dessus…  la gnomette vadrouille dans le couloir et fait la discussion à tout nos futurs ennemis  (Je dis « ennemis » car attendez un peu qu’elle se mette à crier, avec ou sans bonne raison d’ailleurs, vous verrez la tête des gens qui essayent désespérément de dormir… ).

Je ferme les yeux… Ô mon dieu ça tourne… Je rouvre les yeux…  Je file le portable au gnome qui s’active dessus pendant 2h (à croire qu’il a eu pitié de moi) et je m’emploie à faire des allers retours jusqu’à la voiture restaurant pour faire le plein de tout ce qui pourra soudoyer la gnomette qui ne me lâche pas la grappe et qui, bien évidement, s’en contrefiche des dessins animés, des crayons de couleur et du doudou pour faire la sieste !

Je suis arrivé à Paris Gare du Nord (faut avoir le moral après la magnifique gare de St Pancras, vous trouvez pas ?)  sur les genoux, j’ai refilé mes gnomes à la family et je suis partie mourir dans mon lit d’adolescente quelques heures…. Lit dans lequel je n’avais jamais cuvée soit dit en passant, parce que moi quand j’étais ado, j’étais saaaaage !! À croire que je fais ma crise d’adolescence à 30ans, nan mais j’vous jure !!

Merci à notre super Zaza pour avoir posté à propos de ce concours Eurostar !  À défaut de gagner des billets (tout espoir n’est pas encore perdu, je continu de croiser les doigts et ceux des gnomes !) ça m’aura au moins permis de trouver l’inspiration pour publier quelque chose sur mon blog !!

Publicités

Je procrastine à mi-temps

Capture d’écran 2014-10-13 à 11.15.41Je procrastine, tu procrastines, nous procrastinons… Décidément j’adore ce mot, et je constate que je m’applique de plus en plus pour exceller dans ce domaine, surtout depuis que je suis maman.

Techniquement je ne devrais pas en avoir honte… Après tout l’art de la procrastination n’est pas un des 7 pêchés capitaux que je sache… Ah on me dit dans l’oreillette qu’il y a la « paresse » qui pourrait éventuellement se rapprocher, mais je conteste toute ressemblance avec ce mot…

Grosso modo, procrastiner c’est remettre des choses à faire pour le lendemain. Je te donne un exemple des plus concret là tout de suite : je suis censée sortir et affronter le déluge pour aller remplir mon frigo. Londres, pluie, je devrais avoir l’habitude du duo pourtant, et bien même pas. Et pire, je n’ai toujours pas investi dans les bottes en plastique à pois rose, shame on me !

Personnellement, affronter le déluge n’est pas ma plus grande passion, et j’envisage de plus en plus de faire à déjeuner avec ce que j’ai dans mon frigo et attendre que le soleil revienne pour sortir faire mes courses… Après être passer maître dans l’art de procrastiner, ça ne devrait pas être bien compliquer d’accommoder les restes dans mon frigo… Je suis une fille pleine d’imagination… et surtout j’ai toujours des pâtes et une boîte de thon dans mes placards…

Après, procrastiner c’est bien , il faut savoir l’assumer et surtout ne pas en abuser, ce n’est pas à pratiquer tous les jours nous sommes d’accord.
Un  petit coup de « je me morfond » après une bonne engueulade avec sa moitié, une nuit en pointillée à calmer les cauchemars de la gnomette et un réveil à l’aube grâce aux voisins (La joie des maisons Victoriennes et leur isolation qui laisse à désirer… ). Certaines conditions sont donc acceptables à la procrastination de la mère au foyer, mais il ne faut surtout pas dépasser la dose appropriée ! Au bout d’une certaine limite, il est d’utilité public de se mettre un coup de pied à notre royal fessier et de recommencer à faire les choses, sous peine de totale déprime.

Plus facile à dire qu’à faire me direz vous. Quand on est dans le cercle vicieux de la procrastination excessive, il n’est pas facile d’en sortir, c’est tellement facile de rester enroulée dans sa couette avec ce temps…  Mais pensez ceci : Si je procrastine je ne fais rien, si je ne fais rien je culpabilise de ne rien faire, et plus je culpabilise plus je vais déprimer…. Si ça ce n’est pas un cercle vicieux de la déprime puissance 1000 qu’est ce que c’est me direz vous !

C’est quand même plus fun de lire : J’essaye de  me motiver pour sortir, si je met le nez dehors j’irai faire quelques courses, et pourquoi pas en profiter pour me balader un peu en regardant des choses pour moi dans les boutiques. Prendre l’air ça fait du bien, et si j’acceptais ce café que ma copine m’a proposé, on papotera, on rigolera. On commence par des petites choses et le moral reviendra petit à petit.  Cette copine nous arrachera un sourire, on trouvera quelque chose dans une boutique qui nous plaît, on aura quelque chose à se raconter, des choses à penser, et ça c’est déjà un début pour nous sortir de cet horrible cercle vicieux.

Allez, on se motive ! Je procrastine encore un petit peu (parce que quand même c’est tellement bon !), mais au premier rayon de soleil, je dégaine les chaussures et je vais faire ces fichues courses… Ok, j’emmène quand même un parapluie dans le sac, je sais que les miracles existent, mais avec les nuages que je vois de ma fenêtre, je suis prête à parier que ce n’est pas aujourd’hui que je vais faire bronzette à Londres !

Plus que 184 minutes….

mm1184. c’est le nombre de minutes qu’il reste avant qu’on aille enrouler les gnomes dans leur couette pour une nuit d’approximativement 9h/10h.

9/10h durant lesquels je vais probablement regarder une série (Je suis en deuil total, je viens de terminer ma série Ray Donovan, si vous avez des idées du même acabit je suis preneuse) , faire de l’exercice en chambre (eh, je les ai fait comment mes gnomes que vous croyiez hein ?!), et éventuellement continuer la lecture assidue du bouquin de Florence Servan-Schreiber, Power Patate (décidément j’adore ce titre).

Bref je vais probablement faire un peu de tout ça… Ou seconde option : m’endormir à la seconde où ma tête touchera l’oreiller, ce qui, vu comment je scrute ma montre (plus que 178mn…) est statistiquement plus probable de se produire que tout le reste…

J’aime mes gnomes, mais soyons honnêtes, ils m’ont saoulé aujourd’hui…  À croire qu’ils s’étaient ligués contre nous pour nous rendre fou.

La gnomette s’est réveillée grincheuse et termine la journée en vomissant, fièvre, Ô joie ultime, je sens que je peux d’ors et déjà prévoir un programme tout autre pour la nuit… Quand au gnome, il a dédié sa journée à s’ennuyer mais en s’appliquant soigneusement à refuser tout se qu’on lui proposait de faire… À part ça es enfants ne sont absolument pas des êtres contradictoires… 

Pour résumer la situation, nos gnomes on les aime mais quand ils ont décidé de nous faire ch****  épuiser, ils peuvent passer maître en la matière ! Donc ne vous inquiétez pas :

  • Oui c’est normal de regarder sa montre toutes les 4mn à partir de 18h et d’envisager comme un soulagement le fait de commencer à préparer le dîner…. ça veut dire que l’heure du coucher se rapproche à grand pas.
  • Oui c’est normal d’avoir envie de les enrouler comme des saucissons dans leur couette, d’expédier l’histoire du soir de temps en temps et de répondre « oui, ok mon chéri, pas de souci promis » à toute question gnomesque pour ne pas rentrer dans le débat et accélérer le processus… faites toute fois attention à écouter ce qu’ils disent entre deux « oui » car un piège est vite arrivé, et à vouloir aller trop vite, vous vous retrouvez à promettre un double banana split avec crème chantilly nappé de nutella après une journée au parc d’attraction… Ma maman m’a toujours dit que la paix se payait cher, je commence à peine à comprendre… 

Allez, je vous laisse les super-parents, me reste 104mn, je vais commencer à aller préparer les pâtes au jambon un repas sain et équilibré dans la zénitude la plus totale…. vivement demain soir ! ;-p

Je ne suis pas au régime, je rééquilibre mon alimentation, nuance….

Capture d’écran 2014-10-01 à 14.23.09

T’es maman, t’as eu deux enfants (le premier qui dit « pour l’instant » je le menace avec mes yeux revolver) et ton ventre s’en souvient encore. La génétique est mal faite, nous sommes toutes d’accord là dessus. Généralement nous ne sommes jamais contentes de ce que l’on a, et l’herbe est toujours plus verte ailleurs, on connaît le concept sur le bout des doigts.

Il y en a qui on la chance d’avoir la taille mannequin après 4 enfants, et d’autre se trimbaleront un petit bidon direct après le premier, c’est un fait, reste plus qu’à ne plus se voiler la face c’est comme ça… rassurez vous, je suis dans le camp des petits bidons.

Du coup me voilà qui me trimballe avec mon petit bidon, mes quelques kilos en trop et une nouvelle bonne résolution en moyenne une fois par semaine…. je dirais même une fois par jour ces derniers temps !

Depuis le fatidique mois d’août et l’orgie de cocktail et de frites (thanks american’s habits !) soyons honnêtes, j’ai du mal à me remettre dans ma routine niveau bouffe…. je craque approximativement à chaque fois que j’ouvre le placard à gâteau pour faire le goûter des gnomes (faut bien trouver un coupable, vu que ce n’est absolument pas un manque de volonté… )

Une copine qui vient de Paris à voir par-ci, une Babyshower par là, toutes les occasions sont bonnes et terribles en ce qui concerne ma relation avec mes jean. Je ne résiste par devant une part de gâteau au chocolat, et si on a le malheur de m’assoir à côté d’un bol de chips alors là, ma volonté s’effrite au fil des heures…. solidarité oblige évidement…

Avant les vacances j’avais mon rythme, j’arrivais à ne pas craquer à chaque coin de table, ma volonté était là mais depuis 15 jours c’est une catastrophe et ma balance sonne l’alarme. Heureusement qu’à côté de ça j’ai malgré tout réussi à reprendre le sport, ça limite la casse !

J’ai donc plusieurs pistes pour pouvoir retrouver un minimum de motivation et de rythme :

Vider la totalité des placards considérés comme dangereux au niveau du taux de sucre contenu dans chaque paquet : je pense que les gnomes seront moyennement d’accord face à cette alternative si je leur propose un yaourt 0% et une biscotte complète pour le goûter….

L’hypnose…. Ne rigolez pas,  j’y pense de plus en plus pour supprimer de mon esprit cette envie de sucre.

Sous louer mes enfants à quelqu’un le temps de faire un petit sevrage de sucre et ne plus avoir besoin de faire de goûter…. je ne pense pas que l’Homme sera ravie de cette option, surtout qu’il aime teeeeellement être réveillé à 9h55 le dimanche par sa femme qui n’en peux plus des enfants ! Piste à creuser…

Retrouver la motivation de résister mais comment tel est la question….

Boire un grand verre d’eau à chaque fois que j’ai envie de craquer…..Dans la rubrique « j’ai testé pour vous » j’en ai conclu que c’était une tactique à la noix qui me fait passer ma vie aux toilettes…

Me lancer dans les 3 jours de monodiète de Fitnext : ça lavera l’intérieur,  ça remettrai les compteurs à zéro….. pas bête…. mais pour ça il ne faut pas craquer devant le placard à gâteau, d’où retour à l’idée de location des gamins…. hésitation intense…  

Bon, mon gnome me supplie de jouer à la Wii avec lui, qu’est ce que je fais ?… Après tout, s’il a une console c’est aussi pour que j’ai la paix non…. Allez, je vais être bonne joueuse aujourd’hui et aller jouer au super héros avec lui….. ça me donne une excuse pour ne pas envie d’ouvrir le placard à gâteaux… Mais continuez de creuser les pistes hein, et la première qui a une idée brillante gagne un paquet de fraises Tagada ! (Faut bien que je trouve un moyen de vider mes placards….)

Bad Mum Blog

margaux motin

Il est exactement 7h52 du matin et nous sommes dimanche. Qui ose se lever un dimanche avant 10h59 , je vous le demande….. des gnomes…. Être diabolique de moins d’ 1m30, qui refuse de se réveiller face au système scolaire durant la semaine, mais qui se donne une joie ultime à torturer leur parents le samedi, dimanche et vacances inclues ! On les a voulu on les a eu qu’il paraît… Le levé à 6h43 fait parti de ces petites joies de la maternité, Ô bonheur ultime pour la marmotte que j’étais !

Non vous n’êtes pas seule ! On est tous dans la même galère, avec une moitié plus ou moins aux petits soins, des coups de blues, des envies d’enrager parce que « bordel mais c’est pas compliqué d’essuyer les miettes après le petit déjeuner ! » (Comment ça il est un peu petit pour faire dans le détail ? Que nenni, faut les briefer jeune, j’y crois…)

Mais partons du bon pied et soyons claire sur une chose voulez -vous : Nous ne sommes pas que des mamans n’est ce pas, nous sommes aussi des femmes ne l’oublions pas. Nos chromosomes XX et nos hormones en folie nous rappellent à la réalité comme quoi nous avons besoin nous aussi de temps pour nous, de nous pouponner et de nous mettre au yoga… ou toute autre alternative qui ferai que non, on ne crie pas sur les gnomes 24h/24 ça ne se fait pas !

Voyez, là, j’ai une gnomette de 92cm de haut qui essaye de littéralement s’assoir sur l’ordinateur là tout de suite…. je n’ai jamais réussi à écrire encerclée par les gnomes, c’est d’ailleurs bien pour ça qu’aucun de mes blogs ne survit depuis que je suis passée dans le camp des « j’ai deux enfants »J’admire celles qui y arrivent, je suis bien trop faignasse et trop peu disciplinée jusqu’à présent pour faire comme elles, mais j’y travaille… – ça gigote, ça me parle, ça cri sa joie au moindre cube qu’elle réussi à emboîter, bref c’est bruyant et moi je suis plutôt du genre à écrire dans le calme. Mais après tout pourquoi pas essayer une énième fois…

Je suis une Mère indigne, j’adore les soirées entres filles et le coiffeur est mon meilleur ami par dessus tout ! Reste plus qu’à assumer que personne n’est parfait !

…. Mais à part ça je les aime mes monstres, on est d’accord aussi sur ce point ;-p

… Mais si des fois je pouvais les sous-louer hein…. Ok j’arrête…